• Français
  • English

Coût des impayés en France - Thierry Gingembre et l'ANCR dans l'AGEFI !

 

Le coût des impayés reste significatif en France

Yves-Marc Le Réour 20/06/2018

Le préjudice pour les entreprises est évalué à 56 milliards d’euros, comme l'analyse un rapport de l’ANCR publié aujourd’hui. Il est plus difficile à combattre dans les secteurs B2C.

 

 

En dépit du mouvement tendanciel de baisse des délais de paiement constaté au cours des quinze dernièress années en France, les conséquences des retards de paiement et des impayés restent importantes pour les entreprises et pour l’économie, montre le rapport publié aujourd’hui par l’ANCR, premier syndicat professionnel du recouvrement de créances et du renseignement commercial.

Avec 56 milliards d’euros de créances impayées en 2017, le préjudice pour les entreprises équivaut à 2% du produit intérieur brut (PIB), relève l’étude, en soulignant que le strict respect des délais de paiement «permettrait de soulager leur trésorerie de 12 milliards d’euros par an». Ces transferts seraient favorables aux PME et aux entreprises de taille intermédiaire (ETI), à hauteur de, respectivement, 16 milliards et 4 milliards d’euros. Ils seraient alors financés par les grandes entreprises, l’Etat et les collectivités locales, qui enregistreraient un manque à gagner global de 8 milliards d’euros.

La multiplication des impayés génère des surcoûts externes liés à leur recouvrement, des coûts internes afférents au suivi des dossiers et des charges liées à la mise en place éventuelle d’un financement alternatif du poste clients. On peut y ajouter le manque à gagner dû à l’absence de rémunération de la trésorerie, l’augmentation de la probabilité d’une défaillance et le risque, plus qualitatif mais réel, d’une atteinte à la réputation de l’entreprise. Bien qu’en moyenne 90% des sommes soient recouvrées par voie amiable, plus d’une procédure collective sur quatre découle de problèmes d’impayés et de retards de paiement. Cela a un impact «sur la survie des entreprises, la vitalité des territoires et l’emploi, direct comme indirect», souligne l’étude.

DAVANTAGE LE FAIT DES GRANDES ENTREPRISES QUE DES PME

Toutes choses égales par ailleurs, les variations des délais de paiement moyens constatées dans l’économie française se répercutent davantage vers les entreprises en amont des filières (transport, entreposage, soutien aux entreprises…) que vers les entreprises situées en aval, plus proches du consommateur final, comme les distributeurs, ce qui s’explique principalement par un effet de transfert de financement sur les stocks. Dans l’Hexagone, plus d’une grande entreprise sur deux payait l’an dernier ses fournisseurs avec retard – avec un délai supérieur à 60 jours nets ou 45 jours fin de mois –, contre seulement une PME sur trois. Et les retards supérieurs à deux mois sont deux fois plus fréquents de la part des grandes entreprises que des PME, ce qui reflète un rapport de forces qui tend à avantager les premières.

Au total, le préjudice moyen résultant d’un retard de paiement d’une créance contractée entre deux entreprises (B2B) représente 2,5% du chiffre d’affaires net, soit 609 euros par facture. Ce coût est évalué à 6,1% du chiffre d’affaires, soit 30 euros par facture dans les secteurs d’activité B2C, en raison d’un volume important d’impayés dont le montant unitaire est faible.

«Dans le cadre de relations commerciales entre professionnels, la législation européenne autorise une entreprise à répercuter le préjudice subi sur son débiteur en l’absence de procédure judiciaire», commente Thierry Gingembre, le président de l’ANCR, qui souligne que «cette parade ne peut être utilisée lorsque le client est un particulier». Or seulement 18% des particuliers débiteurs sont réellement insolvables. En matière de droit de la consommation, «les textes de loi français et européens exonèrent ainsi directement ou indirectement les débiteurs particuliers de toute responsabilité au titre des impayés dont ils sont à l’origine», constate le dirigeant. 

Le coût de l’impayé, fléau de l’économie française

Source :

ANCR

Date :

20.06.18

Langue :

Français

Pages :

43

 

Vendredi, 22 juin, 2018

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8